Historique d’Alexandrie

Le 31 mars 1903, le petit groupe des fondatrices choisies par le Cœur de Jésus débarquait à Alexandrie. Le lendemain, elles partaient pour Ramleh, faubourg d’Alexandrie, visiter la maison qui leur était destinée. Deux beaux lions de marbre, copie de ceux de Canova, montent la garde de chaque côté du perron. A l’intérieur, un corridor très monacal traverse toute la maison, il est orné de niches qui attendent semble-t-il la statue de nos saintes protectrices. Un beau jardin à la végétation exotique charme le regard avec ses palmiers élancés, ses jacarandas aux fleurs bleues, ses flamboyants magnifiques. Des fenêtres, la vue se repose sur la Méditerranée, dont la brise marine devra rendre à nos Mères du Caire les forces que le climat brûlant d’Egypte leur enlèverait en peu d’années, sans les séjours vivifiants que notre nouvelle maison permettra.

 

Les difficultés pour l’ouverture d’un Pensionnat n’ayant pu être résolues, ce fut au moins une joie pour Ramleh d’ouvrir ses portes à des Œuvres. La première fut celle des Tabernacles qui n’a jamais cessé même pendant la guerre. Des leçons particulières permirent aux Mères un petit apostolat et pendant les vacances elles abritèrent quelques pensionnaires. En 1922, devant l’impossibilité persistante d’ouvrir un Pensionnat, la petite Communauté quitte Ramleh qui devait rester un centre de villégiature pour les deux maisons d’Egypte.

 

Après 30 ans, la maison s’ouvrait enfin pour un Jardin d’enfants. Le Vicaire Apostolique d’Egypte, Mgr Cayer, préoccupé de voir le nombre d’enfants qui ne pouvaient trouver de place dans les établissements religieux, demandait aux religieuses du Sacré-Cœur de commencer un externat dans la maison de villégiature.

C’était répondre à d’ardents désirs. L’externat s’est donc ouvert pour des tout-petits en octobre 1952, et chaque année le verra grandir.